En tant que créateur-concepteur, Olivier Rasquin effectue ses recherches artistiques simultanément dans tous les domaines et l'imagination ne trouve en lui aucune limite. Les interventions étant plurielles, l'artiste nous démontre via son travail tant énergique que percutant qu'il est difficile pour lui de résumer sa démarche à un seul moyen d'expression. Les œuvres sans frontières se complètent et se nourrissent les unes des autres.

Bolide de métal et quête de sens.

Des budjets pour acheter des rêves.

Des tissus pour draper des chats.

Des creux en cabines pour éviter les flots.

Le vilain s'éclate, écrase le monde et s'en fout.

Des pierres plates subtilement agencées.

Des paroles de comédiens pour tenir debout.

Des voyages à faire rêver les saints.

La mer à boire pour un cheval.

Des spirales au dessus des gens.

La class d'une branche dans l'oeil.

Des fleurs pour éviter les larmes.

Des sables mouvants pour les baleines.

Un ravalement de façade pour une affaire classée.

Une flèche fendue en deux devant la belle.

Une planète de terre sèche.

Une conque pour rappeller les rêveurs.

 

Citoyens soucieux du monde à l'abandon.

Une expérience peu commune à re-vivre ensemble.

Des chutes de papier dans les cîmes.

Une aveuglante lumière pour les lapins

Une apnée prolongée pour l'homme de papier.

Des îles pour marcher dessus.

Encore une tournée pour l'éléphant

Des traits pour estimer des lieux.

Des ciels d'altitude pour des vents trop froids.

Record de Wheeling sur triporteur.

 

 

Dévoré par le serpent, il s'en sort indemne.

Une année pour des métamorphoses.

 Des pages d'aventure en hiver.

Prix spécial Droits de l'Homme en 2016

Se faufiler dans une ville de crayon.

Des pavés dans les marres.

Des bulles de savoir sur les autoroutes.

Pleine lucarne pour ce ballon carré.

Des fagots d'argile pour présenter les villes.

Aglomerat de terre pour bipède.

Des hommes par de là les cieux.

Un eco-citoyen en grande surface.

De beaux draps pliés en un tour de main.

Une toiture industrielle pour son envol.

Des nuages pour plier les géants.

Il boit la tasse en mangeant son pinceau.

Eloge artistique du modernisme

Un soleil de l'autre côté du monde.

Des particules fines en hautes sphères.

Des pensées volatiles à dissiper les cieux.

Lire les vingt milieux dans la bonne position

Un nain, le ciel à l'esprit.

Une laine d'altitude pour se tenir chaud.

Un tour de vrille dans un espace en transition.

Un tableau de chasse à l'américaine

Des roseaux se plient dans les dressing.

Comme une pointe vers le ciel.

Des enfants par dessous les bras.

Un voyage de reconnaissance à l'américaine 

Les pilotes du ciel rêvent en noir et blanc

Le repas des lapins par les fenêtres.

Une apnée pour une plongée sans masque.

Accumulation d'orages séculaires en attente. 

En quittant le devin, il part retrouver sa belle dulcinée.

Quand la girafe s'envoie en l'air.

Des couleurs qui s'échappent de son journal.

Des timbrés s'enferment et inondent la poste de messages sencés.

Des strates parallèles qui inspirent.

Un élément constructif peu habituel en ville.

Une accumulation de savoir-faire en haute sphère.

Les mamifères qui nous tiennent chaud.

Un laps de temps trop court pour 365 jours.

Une abeille au travail des champs. De quoi rajouter des couleurs aux fleurs.

Un swing d'enfer pour la girafe!

Une sortie de terre pour une bouffée d'air.

Il vernit son disque et produit un son inédit qui fait le buzz.

Le dessinateur trace des lignes courbes pour épater le village.

Des tonneaux de bière contre ce croquis.

Concert de piano à soufflet! Idéal pour s'exposer.

Des dessins d'aujourd'hui dans la ville de demain.

Une construction pour dormir les uns sur les autres.

Un espace aquatique à l'abri pour les bateaux de nuit.

Un édifice à la mesure de l'homme sans risque d'éboulement.

L'homme civilisé se reprend dans son terrier.

Un espoir d'enfant figé dans le plâtre

Des planches pour danser dans les arbres.

une isolation naturelle pour cet improbable hermite.

La Joconde frustrée se barre en courant.

Les artistes projettent leur vision accoustique sur grand écran. 

Un court metrage de salle de bain finit à Cannes.

Un pied de plâtre pour la génération "tête baissée"

Tête à tête pour un lunch avec Dylan.

Des pigments relachés aux quatre vents se posent sur le champ humide.

Une encre noire pour la forêt des lumières.

Des couleurs assourdissantes sous l'horizon.

Un bel espace pour la ville ,une ville dans un bel espace.

Les badeaux sortent de l'église en vélo.

Le chapelier fou jette l'encre.

Une pierre au fond de lui se consume doucement.

Une terre qui résonne au passage de l'homme au cannot.

Un nuage de beau temps au dessus des esprits.

Un regroupement de personnes inhabituels entendent pousser les arbres.

La végétation aujourd'hui abondante laisse passer le marcheur aux pieds pâles.

Un paysage sous le regard d'un homme.

Un plongeur parvient à traverser la Terre par son centre.

Un ciel de papier au-dessus d'un paysage de charbon.

Un homme cherche une place en vain, il finit par tirer le frein à main.

Des voitures retrouvées sur des briques sans raisons apparentes.

Un homme passe la nuit au zoo.

Une étude de chaise réalisée debout.

Un employé s'endort sur son clavier et écrit le mail le plus long de l'histoire.

Une pêche peu commune pour commencer l'été.

Un pic-nic parfait en tenue simple.

Une charue avant le boeuf.

Quand l'eau s'écoule le long d'un fil peu épais.

Les pêcheurs s'évadent en voilier.

Un pinceau flotte à la surface de l'eau, il ne manque que le peintre.

Un ami pour la vie.

Un attroupement d'individu part en voyage pour la grande transhumance artistique.

Un pigment s'est perdu dans le tapis.

Un papier bien sombre pour un paysage pourtant clair.

Une pépite de papier sur fond blanc - test sur l'inconnu.

Un microcosme dans un verre d'eau.

Un champ de papier innonde la vallée des terrils.

Un temps de transport réinventé pour l'homme.

Des musiciens font irruption dans des bureaux administratifs avec leurs instruments!

Des hommes tournés bien à l'envers.

Un paysage se crispe sous les coups de volant.

Le poids des hommes s'élève comme des monts noirs dans l'horizon.

Un jardin de ville s'ouvre dans le coeur des passants.

Un petit détour pour un temps précieux.

Un monument de brouillard émerge des flots au petit matin.

une danse maccabre pour sauver l'enfant qu'il a dans les bras.

Quand la goutte d'eau dessine la place.

Le mot patience se décline sans coloris.

Une lumière au bout du tunnel, éclaire les cavités de mon imaginaire

Un légume grandit paisiblement à l'abri de la ville.

Une roche sombre pour des pensées claires.

Un vaisseau affrété pour l'imaginaire, direction l'île des passions.

L'espace saint Bernard témoin d'une rencontre d'artistes.

Dans son vêtement aux couleurs naturelles, il se fond dans la nature et les animaux le regardent passer.

Une colline en hiver nous glace les passions.

Un mont de misère sort de terre.

De jeunes pousses à bonne hauteur.

Attaque au stylo dans un supermarché.

Une nouvelle hotizontale pour une ascension aquatique.

Un laché de dreadlocks déchire mon papier.

Une coline transparrait dans la brume ,le choc est imminent.

Une déferlente de papier arrive sur nos côtes, les bateaux sont priés de regagner le port.

Le Hasard l'emporte au grés du vent,de la musique et il se laisse porter sans rechigner.

Il parcourt la coline dans son grand manteau blanc sans se soucier du temps qu'il fait.

Du haut du mont, il percoivent de la musique et ils n'en coient pas leurs yeux.

Une soirée chic à Mons au profit des enfants.

Il expose simplement et tente de toucher le monde.

Une année à suivre.

Un seul numéro restait sur la table comme une évidence et une énigme.

Une forme enigmatique refroidit le bateau et l'empêche d'avancer plus loin.

Des habitats étranges intriguent les promeneurs du Bois-du-bosquet.

Un calme implacable sort de cette vallée ou les hommes n'habitent plus.

Une exposition de petits papiers qui voit grand.

une défragmentation inspire un morceau de country.

Un refuge isolé pour se détendre et s'isoler en attendant l'été.

L'artiste s'expose à de multiples rencontres.

Une attente interminable pour le paradis.

Un choix intéressant pour un concours hors du commun.

Une cigale chante sous la neige et réchauffe les coeurs.

Un barbecue d'hiver qui tourne mal.

Un vent âcre et trouble souffle sur l'océan.

Une vague qui touche notre âme.

Ce qu'il se passe côté Atelier

Quatre femmes tirent leur lait pour l'humanité.

Un ovoïde occupe le champ du fermier voisin.

Quelque chose frôle le navire.

Un sac compartimenté, pour tout retrouver sans se fatiguer.

Une année promise faite de projets.

Un éclatement de fonction pour s'éclater dans les bois.

Une trompette pour déboucher les oreilles.

Un univers naît à l'arrivée de chaque individu.

Initiative Zarco - Un collectif en devenir

L'artiste joue de son crayon et accompagne le groupe.

Sur la voie du velours.

Un géant sur la table d'opération.

Un belge pousuit son chaleureux concert sous la pluie.

L'equation d'un refrain léger et de tant de gravité.

Un embouteillage monstre provoque des files jusqu'à Petouchnoc. Plusieurs heures d'attente à partir d'ici.Soyez patient.

Excusez moi, avez vous un bic?

En cas d'urgence, brisez la glace!

L'arbre se dessine en ombre sur le papier, l'important est d'en regarder la cîme.

L'enseignement utile de notre temps.

Un cadre de métal pour en sortir enfin.

Un mélomane se perd dans sa fumée.

Le suspect est arreté. la police scientifique prend le dossier en main.

Un flot bleu inquiète et paralyse les beigneurs.

Les poissons viennent aux chants des sirènes.

Une cité organique pour vivre comme à l'intérieur du corps.

La flamme d'un homme rallume le soleil et prolonge la soirée.

Livre pour les enfants sages mais pas trop.

Le vieillard s'assoie quand l'enfant se met à bouger.

Les soumis portent le monde et le font avancer à pas lent.

Le baron n'a pas mis pied à terre depuis sept ans.Il est peut-être bien là finalement.

Des traits de charbon et des taches de couleurs pour reproduire la réalité.

Quatre musiciens créent de l'électricité de leur instruments enflammés.

Un oiseau blanc s'applaudit devant des milliers de personnes.

Un improbable pont relie deux mondes incroyables.

Quelqu'un quelque part vous observe avec attention.

l'aspiration profonde d'un homme absorbé révèle la tendance de son époque.

Un ermite retrouvé dans les bois un tounevis à la main.

Des emboîtements simples pour une utilisation souple.

L'artiste construit une clé de sol au soleil.

Le cochon, une espèce en voie de disparition.

Un arc-en-ciel apparait à la porte du paradis.

Une escapade pour un nouvel horizon.

Des scouts gagnent le grand prix international de design.

Une fleur à échelle humaine s'invite sur nos pelouses.

Une sonde muette dans le milieu de l'Art.

Le voilier accoste dans le fond du jardin.

Le pianiste voyage à travers le temps et ramène une preuve du siècle dernier

Des témoignages de notre temps et de nos espaces qui font contrastes.

Le roi trébuche et se répend sur son public incrédule.

Une toile est retrouvée aux quatre coins du monde, l'acheteur recherche l'ordre exacte des morceaux.

Etes vous bien assis? On a marché sur la lune.

Une orbe accoustique enthousiasme la City.

Un bon nombre de personnages informes apparaissent sans raison.

Une révolution pour les tomates.

Un saut sexy au-dessus d'une partition très rythmée.

Sans lunettes, ils se consument sur la plage.

Ou comment dessiner en hiver avec des gants.

Une source de formes au dessus de nos têtes.

Le mobilier classique japonnais prend un billet aller-retour pour le pays des frites.

Good mood for a lounge!

Edifice de croissance des saveurs.

Plus de carburant à la pompe à essence, ces zones sont reconverties en urgence.

Le visiteur construit son abri sur la terrasse.

Un pianiste emporté se sert de ses notes pour s'envoler.

Un mégalomane envahit la colline d'en face.

Un trompettiste vidé s'arrête de jouer et prend la pause.

Le noctambule s'offre une partie de mikado.

La vielle dame appelle les pompiers mais ce n'est pas son chat.

Le visiteur quitte la table sans raison.

L'archiviste retrouve enfin le volume perdu.

Une trompette qui résonne et multiplie les émotions.

Pénurie d'essence. Un cycliste fait fortune en vendant les pièces de son vélo.

Un vol  par dessus du marché.

Un virage à 180° pour le capitaine du navire échoué.

Un notable s'électrocute dans un concert ,l'univers est à lui à présent.

Le signe noir chante de nuit.

Un grand coup de saxophone sur la place de Brouckère.