Au téléphone

 

Série de croquis réalisés sur scéne lors de répétitions théatrales, le but étant de montrer des attitudes et des manières que l'on ne trouve que là. La série de croquis doit évoluer pour arriver à son paroxisme au alentour du mois de juin lorsque la pièce sera jouée en costume au centre de Bruxelles. Engagement personnel et travail sur soi pour surmonter les craintes des feuilles et des mots blancs. 

"Des milliers d'innocents face à leur vie m'entourent et me glacent. A qui répondent t ils?Quels en sont leurs motivations?Leur avis divergent et leur envies s'estompent. Celui là veut le hochet, celui-ci la brouette, l'autre là-bas voudra bien les restes du dernier. Ils se prennent pour des autres, s'emmitouflent dans leurs déguisements abstraits à faire peur. Comme la bétise de l'homme m'impressionne, en commencant par la mienne bien entendu. Celui la passe sont temps à laisser des traces que d'autres trouveront après lui, peut-être ou peut-être pas, il ne sait plus, peu d'importance pour lui, semble t il. Parlez moi, bon sang de bois, avouez vos tords, plûtôt que vos petits mercis insipides. je vous répondrai avec la courtoisie des rois. je ne vous comprends pas tas d'humains informes. J'ai peur de vous et de demain, de vos mouvements de masses, de vos habitudes et de vos phobies, de vos connaissances aussi...de celle qui façonnent des outils pour aller de mal en pis lorsque les modes retombent. Cachons-nous comédiens, les artistes ne valent plus rien."

Auteur: Olivier Rasquin

 

Nombre de vue de la page: 
69

Dans la même catégorie

L'artiste joue de son crayon et accompagne le groupe.

Quelqu'un quelque part vous observe avec attention.

Ou comment dessiner en hiver avec des gants.

Des témoignages de notre temps et de nos espaces qui font contrastes.

Un bon nombre de personnages informes apparaissent sans raison.

Des traits de charbon et des taches de couleurs pour reproduire la réalité.

Excusez moi, avez vous un bic?

Une source de formes au dessus de nos têtes.

Dans son vêtement aux couleurs naturelles, il se fond dans la nature et les animaux le regardent passer.

Un monument de brouillard émerge des flots au petit matin.

Un ami pour la vie.

Un pinceau flotte à la surface de l'eau, il ne manque que le peintre.

Une pêche peu commune pour commencer l'été.

Un homme passe la nuit au zoo.

Une encre noire pour la forêt des lumières.

Des dessins d'aujourd'hui dans la ville de demain.

Des tonneaux de bière contre ce croquis.

Le dessinateur trace des lignes courbes pour épater le village.

Des couleurs qui s'échappent de son journal.

Les pilotes du ciel rêvent en noir et blanc

Il boit la tasse en mangeant son pinceau.

Citoyens soucieux du monde à l'abandon.

Des fleurs pour éviter les larmes.