Common Sense Proposal

Une énorme forme organique présente le bâtiment comme un rampart naturel, une falaise, un rocher. Serrein de ce paysage aux matériaux nobles, les visiteurs y découvrent des espaces intérieur/extérieur et parcourent l'édifice autour d'un noyau central sanitaire pour parvenir à intégrer le végétal naturel en trame de fond. La couverture supérieure abriterait un espace de toiles tendues qui seraient reprises en façades par des systèmes de câbles fonctionnant par des contre-poids inspirés de l'Histoire.

Recherche sur l'utilisation subtile des techniques de mises en oeuvre de balots de paille d'argile-projeté et de matières organiques. Expérimentation d'un mur végétal interieur/exterieur comprenant l'arrosage par récupération pluviale. L'idée était de proposer également de larges zones extérieures autour d'un noyau central sanitaire munit de toilettes sèches adaptées à la construction et à l'utilisation actuelle de l'eau.
Nombre de vue de la page: 
34

Dans la même catégorie

L'enseignement utile de notre temps.

Un virage à 180° pour le capitaine du navire échoué.

Le baron n'a pas mis pied à terre depuis sept ans.Il est peut-être bien là finalement.

Le voilier accoste dans le fond du jardin.

Pénurie d'essence. Un cycliste fait fortune en vendant les pièces de son vélo.

Le visiteur construit son abri sur la terrasse.

Une révolution pour les tomates.

Un improbable pont relie deux mondes incroyables.

L'artiste construit une clé de sol au soleil.

La vielle dame appelle les pompiers mais ce n'est pas son chat.

Un mégalomane envahit la colline d'en face.

Une cité organique pour vivre comme à l'intérieur du corps.

Une fleur à échelle humaine s'invite sur nos pelouses.

Plus de carburant à la pompe à essence, ces zones sont reconverties en urgence.

Edifice de croissance des saveurs.

Un ermite retrouvé dans les bois un tounevis à la main.

Un éclatement de fonction pour s'éclater dans les bois.

Un élément constructif peu habituel en ville.

Un ovoïde occupe le champ du fermier voisin.

Un refuge isolé pour se détendre et s'isoler en attendant l'été.

Des habitats étranges intriguent les promeneurs du Bois-du-bosquet.

De jeunes pousses à bonne hauteur.

Un légume grandit paisiblement à l'abri de la ville.

Quand la goutte d'eau dessine la place.

Un temps de transport réinventé pour l'homme.

Un employé s'endort sur son clavier et écrit le mail le plus long de l'histoire.

Des voitures retrouvées sur des briques sans raisons apparentes.

Un homme cherche une place en vain, il finit par tirer le frein à main.

Un nuage de beau temps au dessus des esprits.

une isolation naturelle pour cet improbable hermite.

Des planches pour danser dans les arbres.

L'homme civilisé se reprend dans son terrier.

Un édifice à la mesure de l'homme sans risque d'éboulement.

Une construction pour dormir les uns sur les autres.

Un swing d'enfer pour la girafe!

Une abeille au travail des champs. De quoi rajouter des couleurs aux fleurs.

Les mamifères qui nous tiennent chaud.

Quand la girafe s'envoie en l'air.

Le repas des lapins par les fenêtres.

Un tour de vrille dans un espace en transition.

Un eco-citoyen en grande surface.

Aglomerat de terre pour bipède.

Pleine lucarne pour ce ballon carré.

Des bulles de savoir sur les autoroutes.

Des pavés dans les marres.

Dévoré par le serpent, il s'en sort indemne.

Une conque pour rappeller les rêveurs.

 

Une planète de terre sèche.

Des sables mouvants pour les baleines.

Des spirales au dessus des gens.

La mer à boire pour un cheval.

Des pierres plates subtilement agencées.