Self-sufficient housing for cyclistic roads

Un projet d'urbanisme non conventionnel reprenant des modules habitables sphériques en argile et fibres végétales positionnés à l'abri des sons et des vents entre une voie de circulation automobile et une nouvelle voirie cycliste crée pour l'occasion. A l'arrière de ces volumes humains amusants se trouve une desserte communautaire de dechets organiques et un mur végétal vertical cultivable par ces habitants de l'urgence.

Avec les considérations sur l'environnement et la surpopulation en devenir, ce projet laisse peu de traces négatives aux générations futures et permet de proposer une réponse simple aux phénomènes de logements d'insalubrité périurbain. Tout en créant l'occasion d'une vie communautaire différente par ses logements privés ou ses habitations échangeables. Cette tentative propose aussi un autre mode de déplacement par sa voirie cycliste pour longue distance. 
Nombre de vue de la page: 
27

Dans la même catégorie

L'enseignement utile de notre temps.

Un virage à 180° pour le capitaine du navire échoué.

Le baron n'a pas mis pied à terre depuis sept ans.Il est peut-être bien là finalement.

Le voilier accoste dans le fond du jardin.

Pénurie d'essence. Un cycliste fait fortune en vendant les pièces de son vélo.

Le visiteur construit son abri sur la terrasse.

Une révolution pour les tomates.

Un improbable pont relie deux mondes incroyables.

L'artiste construit une clé de sol au soleil.

La vielle dame appelle les pompiers mais ce n'est pas son chat.

Un mégalomane envahit la colline d'en face.

Une cité organique pour vivre comme à l'intérieur du corps.

Une fleur à échelle humaine s'invite sur nos pelouses.

Plus de carburant à la pompe à essence, ces zones sont reconverties en urgence.

Edifice de croissance des saveurs.

Un ermite retrouvé dans les bois un tounevis à la main.

Un éclatement de fonction pour s'éclater dans les bois.

Un élément constructif peu habituel en ville.

Un ovoïde occupe le champ du fermier voisin.

Un refuge isolé pour se détendre et s'isoler en attendant l'été.

Des habitats étranges intriguent les promeneurs du Bois-du-bosquet.

De jeunes pousses à bonne hauteur.

Un légume grandit paisiblement à l'abri de la ville.

Quand la goutte d'eau dessine la place.

Un temps de transport réinventé pour l'homme.

Un employé s'endort sur son clavier et écrit le mail le plus long de l'histoire.

Des voitures retrouvées sur des briques sans raisons apparentes.

Un homme cherche une place en vain, il finit par tirer le frein à main.

Un nuage de beau temps au dessus des esprits.

une isolation naturelle pour cet improbable hermite.

Des planches pour danser dans les arbres.

L'homme civilisé se reprend dans son terrier.

Un édifice à la mesure de l'homme sans risque d'éboulement.

Une construction pour dormir les uns sur les autres.

Un swing d'enfer pour la girafe!

Une abeille au travail des champs. De quoi rajouter des couleurs aux fleurs.

Les mamifères qui nous tiennent chaud.

Quand la girafe s'envoie en l'air.

Le repas des lapins par les fenêtres.

Un tour de vrille dans un espace en transition.

Un eco-citoyen en grande surface.

Aglomerat de terre pour bipède.

Des fagots d'argile pour présenter les villes.

Pleine lucarne pour ce ballon carré.

Des pavés dans les marres.

Dévoré par le serpent, il s'en sort indemne.

Une conque pour rappeller les rêveurs.

 

Une planète de terre sèche.

Des sables mouvants pour les baleines.

Des spirales au dessus des gens.

La mer à boire pour un cheval.

Des pierres plates subtilement agencées.